Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  Contemporaine - Le blog -

Contemporaine - Le blog -

Un espace pour "croquer" (avec un zeste de poésie, si possible) ce que le quotidien donne à vivre ou à observer de l'individu comme de la société. Série de témoignages basés sur le bon sens, la dérision et l'humour. Rire pour philosopher ou philosopher pour rire, coups de cœur ou coups de gueule, qu'importe, CONTEMPORAINE avant tout !


Par excès et par défaut

Publié par contemporaine sur 21 Mars 2012, 19:27pm

Catégories : #en rire pour philosopher et philosopher pour rire

Quand j’aime,  je n’aime pas par défaut... et j’évite d’aimer par excès (j'essaye du moins, mais je ne garantis rien).

Si malgré mes efforts, mon cœur  est amené à aimer plus que de mesure, si d’aventure j’aime "plus que de raison",  mon esprit est clair sur un point : AIMER N'ENGAGE QUE MOI!

Oui, quelque soit l’insistance de mes élans, les épreuves à endurer ou  les doutes à vivre,  cela ne regarde que moi. Aucun transfert ou débordement n’est permis, par respect pour l’Autre, objet de mon amour, pour son intégrité d'une part, mais également par esthétisme (peut-être par mysticisme). 

De même, pas d’intrusion dans l’écoute amie, disponible, ouverte et même volontaire. Pas d’épanchement ni de mièvres confidences. Le cœur se trouve, alors  ragaillardi par les vertus cachées d'un tel  stoïcisme (« ce qui ne tue pas rend plus fort » dit-on, n'est ce pas?)  et l’âme s’en trouve  grandie parce qu’élevée, transportée au dessus de toute vile jérémiade  ou exigence primaire. Une telle « hygiène d’aimer»  peut paraitre de prime abord stricte, austère ou carrément glaciale.  Mais à bien y regarder, cela donne un rapport à la vie à la fois plus subtile et plus profond, plus fin et plus fort.

 

Soit ! Et en quoi cela est intéressant pour toi, cher lecteur de mes lignes fantaisistes ? 

Cette confession personnelle (feinte  à vrai dire… il ne faut  surtout pas me croire…) n’a d’intérêt, pour toi, cher lecteur, que si je te rappelle que la Foi est d’abord Amour.  Indéniable, non ? Tu en conviens, n'est ce pas? 

 

Alors, si tu veux bien me suivre, lecteur hasardeux, en avançant un peu plus dans cette analogie justifiée entre l’Amour voué à Dieu et celui de l’Homme pour son prochain,  les religions deviennent  alors facilement assimilables à la geste et aux rituels amoureux.

Regarde bien ! Tu es d’accord ?  Ce que nous voyons comme littératures,  pratiques, us et coutumes amoureuses sont parfois un peu kitch, ringardes, souvent ridicules, balourdes ou pathétiques. Et ce,  quelque en soit l'origine et quelque soit la culture qui les porte. 

Qu’est ce que nous en retenons ? Eh bien qu’il  s’agit tout le temps de montrer de façon ostensoire la preuve de son Amour ;  et dans ces preuves, de mêler la vie à la mort, le désir immédiat  à l’improbable félicité, le sacrifice extrême à la récompense minime, le bonheur d’être au malheur de ne pas être, etc.   Qu’est ce que nous constatons ? Eh bien que l’idéal est  de multiplier à l’infini ce type de preuves. Ceci est  d’ailleurs si communément admis, accepté appliqué  qu’on en est arrivé à dire : « il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour ». Bref, il s’agit de gesticulations et de tentatives vaines de  rendre accessible et matériel un sentiment immatériel et qui en réalité, par sa nature même, devrait vous transporter au-delà des nues. Un sentiment si unique qu'il ne devrait ne concerner qu’un individu  dans son rapport à l'Autre !

Les religions pour quelqu’un qui  a la Foi et qui est "éperdument" amoureux de son Créateur sont similaires à cela. Une littérature, des coutumes, des rituels qui peuvent inspirer ou abaisser le sentiment et qui en fin de compte n’ont pour objectif qu’un banal décompte de preuves accumulées. Alors,  si les extrémistes religieux et les marchands de temples veulent tenir des comptes d’apothicaires et faire au quotidien le contrôle  des preuves et leur inventaire, comment peuvent –ils commander le sentiment  en lui-même, la Foi ?  Comment  peuvent-ils prétendre qu’un individu  puisse naître de telle ou telle religion ou de telle ou telle confession, sans en avoir fait le choix délibéré, sans savoir lui-même s'il aime ou n'aime pas son Créateur ?  A-t- on la Foi par excès ou par défaut? 

(Allez écrire tout cela à l'Article 1 de la Constitution d'un pays!...)

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
<br /> « Les extrémistes religieux » ou les « marchands de temple » sont des commerçants de la Foi et ne partagent pas ta* désintéressée façon de croire, cette si raisonnable manière<br /> d’aimer.<br /> <br /> <br /> Démocratisons la Raison pour abattre les dogmes, délivrer les religions du carcan sclérosé de la scolastique et débarrasser cet Amour des basses passions humaines !<br /> <br /> <br /> Sois contagieuse et tu pourras lire un jour dans cette constitution :<br /> <br /> <br /> Article 1er : « Aimons-nous les uns les autres »<br /> <br /> <br /> sans équivoque !<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> * Tu tutoies le lecteur, alors permets-moi de te tutoyer!<br />
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents